RICHESSES > OBJETS

Le Caddie

Publicité des années 50. Le mot anglais caddie (ou sa variante orthographique « caddy ») peut désigner un garçon (un « cadet ») chargé de transporter les clubs de golf d'un joueur de golf, soit en portant le sac contenant les clubs, soit en tirant celui-ci sur un petit chariot. C'est ainsi que le « chariot de caddie », puis « caddie » tout court, est entré dans la langue française, et apparaît en 1952 dans le dictionnaire Le Robert sous cette définition : « petit chariot métallique pour transporter les denrées dans les libres-services et les bagages dans les gares ou les aéroports ». C'est un objet emblématique de la Société de consommation.

1

Milliards de voitures dans le monde

Une autre approche en 2019 de la part d'un Street Artiste (Monsieur BMX), qui a récupéré des cadis abandonnés pour en faire des oeuvres solidaires !

Les dieux sont tombés sur la tête de James Uys (1980) 

Comment un simple objet, une petite bouteille vide de Coca Cola en verre, s'empare des esprits et devient perturbant.

3# LES OBJETS

Il est possible de mourir pour une montre ou un téléphone portable. Les Objets, biens valorisés suscitent toujours autant de convoitise surtout bien-sûr quand ils sont visibles et qu'ils peuvent se revendre facilement. La société industrielle permet la production de masse de nombreux objets de toutes sortes auxquels s'attachent leurs propriétaires #Populations. Des choses possédées mais qui finissent parfois par posséder leur propriétaires. Et dans certains cas les inspire dans leur vision du monde comme George Sand [1].  Il n'existe pas de statistiques de suivi de ces objets, ils représentent une masse de choses inconnues dont une partie finit dans les brocantes, une autre dans des déchetteries et l'autre reste secrète dans les greniers ou les placards. Une masse de choses pas si inconnue que cela puisque la revue Nature en a proposé une estimation : au début du XXe siècle, la masse anthropique équivalait à environ 3 % de la biomasse de la Terre. En 2020, elle atteint 1,1 teratonnes (1 000 milliards de tonnes), soit plus que la biomasse de la planète.

Parmi les plus symboliques, se trouvent ceux pourvoyeurs de liberté : évidemment la voiture dans les années 60, le smartphone dans les années 2000. Ils donnent aussi la possibilité d'adhérer à un mode de vie, à une #Culture comme l'American Way of Life symbolisé par le Jean,  la voiture et la musique. Depuis les année 2010, ces objets deviennent moins populaires. La voiture devient à partir des années 2010 critiquée pour des raisons écologiques #Environnement, particulièrement en Europe et les objets de consommation suspectés de ne pas respecter des principes éthiques. On s'intéresse désormais à leur fabrication, à leurs composants #Matières premières et d'où ils proviennent #Commerce International.

 
Malgré des inégalités de revenus considérables, une grande partie de l'humanité a pu disposer d'une télévision, d'un smartphone et d'une voiture ou a minima d'un deux roues (vélo) dès les années 90. Le digital leur a offert ensuite la possibilités d'échanger ces objets (eBay et leboncoin.com). Curieusement, sauf pour les mobiles et les voitures, les objets de consommation font rarement l'objet d'études économiques et sociologiques passionnantes et crédibles.

Ces objets passent de main en main et connaissent des niveaux de durabilité de plus en plus courts. L'obsolescence programmée est l'une des conséquences décriée de la société de consommation. 

A coté des milliards de biens issus de processus industriels, existent des objets produits sur mesure, des objets d'arts #Cultures, uniques qui méritent de s'y attarder.

Beaucoup d'objets deviennent aussi complètement numériques (photos, souvenirs, correspondance, lecture, etc) ce qui fait que cette richesse sera stockée sur une clé usb de quelques terra octets et sera l'objet de droits spécifiques type NFT. Pour la première fois, dans des familles organisées du futur, il sera possible de voir des vidéos de ses ancêtres en remontant des siècles, voir un jour à des millénaires.


Mais finalement, la chose la plus utile et durable, reste le logement produit par le secteur #Immobilier, très gourmand en termes de #Matières premières et d'#Energie. Une Richesse spécifique qui mérite une approche particulière comme pour la #Finance.


[1] George Sand et le monde des objets, Classique Garnier, 2021

  CHAPITRE 3 - OBJETS


OBJETS LIES DIRECTEMENT AUX POUVOIRS STRUCTURANTS  -  LA DEMANDE - LES 5 BESOINS : SE DEFENDRE - SE NOURRIR - SE DEPLACER -S'INFORMER ET COMMUNIQUER - SE VETIR - LA SOCIETE DE CONSOMMATION - LES TAUX D'EQUIPEMENT - PROPRIETE VERSUS USAGE - L'OFFRE  : DE L'ARTISANAT A LA PRODUCTION DE MASSE : LE CYCLE DE PRODUCTION D'UN OBJET - OFFRE - INNOVATION- LA LOGIQUE DES OBJETS DITS "PRODUITS" : CYCLES DE VIE DES PRODUITS - RECYCLAGE & COMMERCE DE SECONDE MAIN -  LA MODE - DESIGN -  PUBLICITE -  OBJETS EMBLEMATIQUES : OBJETS CONNECTES -  OBJETS CULTURELS ET DE COLLECTION - MACHINES UNIQUES 


Objectum en latin, étymologiquement "ce qui est placé devant", signifie ce que l'on vise soit pour l'atteindre ou le connaitre. Il peut donc avoir plusieurs significations, il s'agit ici de parler des objet "artefact" fabriqués ou transformés par les #Entreprises ou les artistes ou la #Populations que l'on peut posséder et utiliser.

Pourquoi parler d'objet plutôt que de chose ? Parce que les objets possèdent plusieurs états : celui de choses, d'objet et d'outils.

Parmi les ressources disponibles personne n'a jamais fait l'inventaire de ce dont nous disposons. Impossible de recenser toutes les choses produites sur la planète ni de leur donner une valeur globale ou une valeur d'utilité même si un poids a été attribué et il dépasse celui de la biomasse. Les grandes catégories d'objets stratégiques comme les centrales productrices d'électricité ou en lien avec des problématiques majeures comme les voitures avec l'environnement méritent quelques mots. C'est aussi l'occasion de se pencher sur les objets de consommations pour lesquels de trop nombreux consommateurs s'endettent et perdent leur temps à aller les acheter en voiture dans des centres commerciaux éloignés. On estime par exemple qu’un Allemand moyen possède 10 000 objets. Certains s'entichent pour des babioles ou des objets de luxe. Dans la #Littérature française, le sujet semble oublié. Balzac était adepte de long descriptif, peu à dire sauf peut-être au niveau de l'écrivain George Sand, une femme. Certains lui ont consacré un livre George Sand et le monde des objets qui visite l'ensemble des nombreuses oeuvres de l'auteur à travers le prisme des objets. Le résultat de ce travail collectif est une réussite.


Ramzig Keuchyan, sociologue, distingue deux catégories et pose d'emblée la problématique de la Société de Consommation dans laquelle la #Population est complice et victime à la fois :

Il peut aussi y avoir un sens positif qui consiste à distinguer deux types de besoin : 

-les besoins vitaux, qui sont en petit nombre, comme manger, boire, dormir, ne pas avoir froid, respirer un air non pollué, 

-et les besoins dits « qualitatifs ». Ceux-là doivent être satisfaits en vue de ce que les philosophes appellent une « vie bonne » mais on peut considérer qu’ils sont artificiels. Le besoin de musique par exemple. Ce n’est pas vital. On peut faire sans. Mais que serait une vie sans la musique ? Ces besoins relèvent de la #Culture, ils adviennent historiquement et sont essentiels à nos vies : il y a là un champ de réflexion relativement absent du discours de l’écologie politique. 


Pour les intellectuels, les positions diffèrent légèrement : l'anthropologue (Latour qui est aussi philosophe) y voit un opérateur social, le philosophe (Dagognet)  un fait social total et un sociologue (Semprini) un médiateur et un psychanalyste (Tisseron) y trouve deux dimensions/registres très différentes (l'utilité et le représentatif, c'est à dire le symbole) [X] Thèse et Semprini Dagognet Latour.


Les objets liés directement à l'effet des #Pouvoirs structurants  

#Information

S'informer, où le mobile joue un rôle considérable. Ce secteur fait partie de l'électro-ménager qui englobe donc deux utilisations très différentes :

(i)Information versus

(ii) Entretien de la maison, mais a longtemps eu les mêmes problématiques de production, il fallait des usines avec assemblage de composants électroniques, et de distribution, il fallait des magasins, avant l'apparition du commerce électronique. L'ancêtre du mobile était pour les écolier l'ardoise portable et la craie. Des #Matières premières brutes dans les mains des enfants ! 

#Santé

Se vêtir, où de nouvelles techniques comme celle du Jean ou du Gore Tex ont changé la vie des consommateurs tant d'un point de vue esthétique, la Mode que pratique.

Se soigner, au sens prendre soin de soi, où certains produits de base ont bouleversé les règles d'hygiènes (savons, shampoing, dont l'origine étymologique provient de l'indi, dentifrice, et serviettes hygiéniques pour les femmes). Ils ont apporté de grandes améliorations à la #Santé des #Populations.

Se nourrir ou se désaltérer. La bouteille de Coca Cola et la marque sont devenus des symboles parmi les plus connus dans le Monde. Le film Les Dieux nous sont tombés sur la tête fait prendre conscience des effets d'un objet sur un peuple vivant isolé. 

#Transport

Se déplacer, où la voiture a révolutionné les modes de vie et d'habitation #Immobilier rendant possible l'activité loin d'un habitat souvent individuel isolé

ou à ceux des pratiques culturelles #Cultures :

Se divertir suppose de gagner du temps grâce aux produits ménagés (Lave linge, lave vaisselle, Micro-onde, Aspirateur)

#Monnaie

Pour échanger, les pièces de métal rare #Matières premières ont longtemps servi de monnaie d'échange remplacées ensuite par le papier, "les reconnaissances de dettes" puis par l'électronique.


Peu de livres ou d'études ont été consacrés à l'histoire de ses objets. Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre racontent l'histoire mais finalement peu de sociologue ont étudié leurs impacts en lien avec des statistiques. 

Il est important de comprendre les interactions parfois invisibles entre ces objets banalisés et les enjeux de production par les #Entreprises qui reposent systématiques sur la mise en oeuvre des #Pouvoirs" structurants. Est-il raisonnable de consommer autant de produits venus de Chine ? Est-il raisonnable de prendre sa voiture pour faire autant les courses et à l'inverse, est-il raisonnable de ne pas consommer des produits frais tous les jours et donc dans ce cas il faut parfois prendre sa voiture tous les jours....

Les dates constituent des balises pour se repérer chronologiquement mais n'ont pas d'importance car on s'aperçoit assez vite que toute objet connait une sorte de cycle entre les prémisses, son invention souvent le fruit de plusieurs coopérations ou concurrences entre concepteurs, sa mise au point finale puis la longue diffusion à travers des circuits de distribution de plus en rapides et efficaces dans le monde. Le principe d'une voiture électrique était établis et opérationnel au début du 21ème siècle, mais la généralisation a du attendre plus de 100 ans : durée, routes adaptées et surtout réseaux pour les recharger.

Les objets aident à se définir. Ils définissent bien une oeuvre comme une peinture est composée d'une palette de couleurs selon Louis Aragon [X]. Une montre aide à percevoir le temps, des lunettes à voir, des appareils auditifs à entendre, des prothèses à marcher. De plus en plus d'objets deviennent des supplétifs au corps humain défaillant ou améliorable.

Les objets répondent avant tout à des besoins. Puis ils créent eux même d'autres besoins parfois inutiles.


LES BESOINS


De quoi a t-on vraiment besoin ? Combien est-on prêt à payer pour le satisfaire ? C'est la question à laquelle répondre les Entrepreneurs quand ils prennent le risque de lancer des nouveaux produits ou de nouvelles offres. Ils partent d'une vision sur les besoins de la #Population (BtoC) ou des #Entreprises (BtoB). Avant de rêver à fabriquer quoi que ce soit, il faut tenter d'établir une estimation d'un marché : un produit et un prix. Ces marchés sont souvent bien anticipés au niveau du besoin mais pas des fonctionnalités, du timing et pas toujours du prix.


Maslows

Se défendre

En parallèle de l'évolution des modèles agricoles, c'est à dire la tendance à la sédentarisation, les pratiques de chasses et de pêches ont été poursuivies. Et pour le faire, la demande d'armes blanches mais aussi à feu a grandi. Ces armes permettaient de satisfaire à un autre besoin fondamental, celui de se défendre. Aux Etats-Unis ce droit de détenir une arme figure même dans la #Constitution : 

Le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis d'Amérique reconnaît la possibilité pour le peuple américain de constituer une milice (« bien organisée ») pour contribuer « à la sécurité d'un État libre », et il garantit en conséquence à tout citoyen américain le droit de détenir des armes.

A l'époque, il était sous-entendu des fusils ou des pistolets bien moins offensifs que les armes d'assaut en vente libre et utilisées lors de nombreuses tueries commises par des individus malades ou fous. Des #Crimes monstrueux qui n'avaient pas lieu à l'époque de la rédaction de la Constitution même si le monde était tout aussi dangereux même sans l'existence d'armes de destructions massives.

Aux Etats-Unis, les fabricants d’armes ont produit plus de 139 millions à destination du commerce entre 2000 et 2020 dont 11,3 millions rien que pour l’année 2020, selon un rapport du ministère de la justice. Les américains aiment les armes mais le production intérieur ne leur suffit pas. Ils importent jusqu'à 71 millions d'armes alors qu'ils en exportent que 7,5. L’industrie de l’armement a connu une soudaine expansion en 2000. Le pays comptait alors  2 222 entreprises de fabrication d’armes active. En 2020, on en dénombre 8 fois plus.... Les objets les plus recherchés sont les fusils semi-automatiques de type AR-15 ou simplement des pistolets semi-automatiques de 9 mm comme les policiers. Les armes deviennent parfois compliquées à identifier puisque certaines sont maintenant produites par des imprimantes 3D et ne dispose pas de numéros de séries. La Police a récupéré 19 000 de ces armes fantômes en 2021 contre 1 700 en 2016. 

Pour un américain, une arme représente quelque chose de particulier ce qui n'est pas le cas des citoyens d'autres pays. Fondée en 1871, la National Riffle Association, NRA, très puissante et qui promeut la détention d'armes à feu influence les hommes politiques américains, surtout les Républicains. L'acteur emblématique Charlton Heston est l'un des représentants les plus connus parmi ses 4 millions de membres. Le budget consacré pour financer la campagne de Trump en 2016 aurait été de 31 millions de dollars. Malgré des niveaux de ventes d'armes historiques, la NRA semble perdre de l'influence d'autant plus que le nombre de tueries, notamment dans l'école explose.

Au Far West il était impossible de se passer d'un Colt ou d'une Winchester. Ensuite la Guerre du Viet-Nam a rendu célèbre les M16 des GI américains. GI qui signifie littéralement Galvanized Iron. En France, la culture des armes étant faible, seul le FAMAS a fait l'honneur de l'industrie française en étant le fusil des soldats français. Il est remplacé par le HK 416 allemand dans les années 20. Chez les Russes, l'ingénieur Mikhaïl Kalachninikov restera célèbre dans l'histoire pour avoir certainement inventé le meilleur rapport qualité prix. Entre 50 et 100 millions des premiers modèles AK 47 (de l'année 1947) ont équipé des millions de soldats dans le monde soviétique. Dans la catégorie armes de point, Sig Sauer équipe les polices et le Walther PPK puis P99 allemand, qui se porte discrètement,  l'espion James Bond. 


Le textile et l’habillement constituent la part la plus importante des échanges commerciaux après l’électronique et l’automobile. L’industrie du textile et de l’habillement pèse plusieurs centaines de milliards de dollars : 800 selon l’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel) 

La revue Science a récemment publié un article sur l’invention des vêtements. La nouvelle étude s’appuie sur des analyses d’artéfacts trouvés dans la grotte des Contrebandiers au Maroc.

Le textile et l’habillement sont souvent associés aujourd’hui. La deuxième notion est pourtant beaucoup plus ancienne que la première. L’invention de l’habillement n’a pas attendu l’apparition du textile. Les chercheurs de l’université d’État de l’Arizona (ASU), aux États-Unis, en apportent la preuve dans leur nouvelle recherche.

Comme le textile n’existait pas à l’époque, les hommes paléolithiques devaient utiliser la peau de leurs gibiers pour se protéger du froid et d’une exposition intense au soleil. Les animaux n’étaient donc pas uniquement chassés pour leurs chairs. Ainsi, les ossements de la grotte préhistorique marocaine constitueraient les premières preuves de l’habillement dans l’histoire humaine.


Se transporter : Véhicules et moyens de transport 

Les chaussures

La chaussure est le segment le plus dynamique de l'offre mode. Le secteur en France pèse :

Industrie

Production française : CA de 570 M€ (2020) pour 14 millions de paires de chaussures en 2020. C'est 4 000 salariés pour 86 entreprises. Depuis le début des années 2000, la concurrence asiatique est rude (faible coût de main-d’œuvre et grande capacité de production) et a entraîné la délocalisation d’une majeure partie des usines. Le secteur de la chaussure française rayonne à l’international ! 

Ventes à l'export y compris pour des chaussures produites en Asie : 109 millions de paires pour une valeur de 3,44 à 4 milliards d’euros : Italie, Allemagne, Espagne, Etats-Unis, Hong Kong

D'après les statistiques de la FFC un enfant (moins de 14 ans) consomme en moyenne 6 paires par an, les femmes 5 paires et les hommes 3,5.

Consommateurs 

Le marché est estimé à environ 8,1 milliards d’Euros, 120 euros par Français (à supposer que 67 millions de personnes en achète) en moyenne par an. Celui-ci importe beaucoup : 6,56 milliards d'euros pour 426 millions de paires de Principales provenances des importations : Chine, Italie, Vietnam, Indonésie, Portugal. A 400 millions de paires, on retrouve les 6 chaussures par an à un prix moyen de 20€ par paire. Ce chiffre manque de cohérence par rapport à la réalité. 

Le train


Quel est le genre de train idéal ? A l'heure sans doute.

Développés d'abord en Angleterre, ils ont été rendus célèbres par les films de western, comme Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone. Grâce à l'utilisation conjointe du fer et de la vapeur, l'industrie ferroviaire a émergé. Le premier train commercial a circulé en 1825. La plus emblématique, la ligne transcontinentale américaine s'est construite entre 1863 et 1869 avec l'aide de nombreux émigrés chinois que l'on aperçois discrètement dans certains western ou la série les Mystères de l'Ouest. 

PARLER DES MACHINES

Puis tout au long du XXème siècle, les économies européennes et américaines se sont appuyées sur leurs réseaux de millions de km de voies ferrées (1,1 million vers 2000) pour se développer : transport de matières premières et de passagers. Le réseau mondial est peu homogène : avec 54 000 km de voies, l'Australie dispose d'un réseau au début des années 2000 presque équivalant à celui de tout le continent africain estimé à 80 000 km. L'Asie entière ne compte que 235 000 km, ce qui est faible en comparaison de l'Europe avec 326 000 km et de l'Amérique du Nord connue pour être sous développée en matière d'offre ferroviaire avec pourtant 293 000 km. L'industrie ferroviaire a apporté non seulement le concept des transports collectifs de masse mais aussi la notion d'infrastructure à mettre en place au niveau des villes avec la création des gares. C'est autre chose que les simples routes romaines d'antan....Elle témoigne aussi d'une industrie qui s'étoffe, un seuil est franchi depuis les maréchals ferrants !

L'industrie des chemins de Fer sert d'ailleurs de toile de fond à l'un des plus grands romans "économiques" sur le libéralisme #Systèmes économiques et l'un des plus lus aux Etats-Unis. La révolte d'Atlas d'Aynd Rand publié en 1957. Deux camps s’y affrontent : les esprits honnêtes (scientifiques, entrepreneurs, artistes, travailleurs) et ceux qui essaient de les soumettre à leurs décisions. C’est le basculement d’une société individuelle à une société collectiviste, de l’excellence à l’égalité. Dans la foulée, s'est développé une offre adaptée aux villes et à l'ubanisme #Immobilier, le métro.


La Voiture

Dans les années 60, une centaine de millions de voitures circulaient dans le monde. En 2017, ce chiffre se rapprochait du milliard auquel il faut ajouter au moins 300 millions de camions et bus. Aux Etats-Unis, on dénombre plus de 800 véhicules pour 1000 habitants. La capacité de production mondiale s'élève à 90 millions d'unités par an dont au moins 17 millions par les chinois. 

En parallèle de l'industrie ferroviaire, toujours à partir de la vapeur, s'est développée celle de la voiture. La vitesse reste un peu la même au début du XIXème siècle, quelques dizaines de km/h mais avec une meilleure autonomie que le cheval et plus de destinations possibles qu'avec le rail. Il est difficile d'attribuer l'invention de la voiture car elle résulte de plusieurs innovations successives et peut-être concomitantes comme la machine à vapeur, la mécanique, le moteur, suivies de nombreux réglages et tâtonnements. Ce sont des ingénieurs Sciences européens (français, anglais, allemand surtout) qui ont amélioré une invention des années 1770, le fardier de Cugnot [3], à vapeur, utilisé par les militaires pour déplacer des canons. 

Il est ensuite apparu l'industrie des pneumatiques puis la production en série de Panhard & Levassor (1890) et les premiers dépôts de brevets allemands pour les moteurs à explosion (1885). Tous ces pionniers améliorent la mécanique et les performances, ils mettent en place une véritable industrie. La France est alors à la pointe de l'automobile, avec, en 1903 une production annuelle de plus de 30 000 véhicules, presque la moitié de la production mondiale alors que les États-Unis n'en produisaient pas plus de 11 000. 

Les courses mythiques comme les 24h du Mans sont inventées par des français. Bien sûr, sans réseau routier, ces voitures ne servent à rien et rencontrent de nombreuses oppositions. Les ecclésiastiques s'opposent à cet engin qui "ressemble plus à un diable qu'à un humain". C'est dans ce contexte que naissent en 1902 les bases de la réglementation routière. La Cour de cassation accorde aux maires la possibilité de réglementer la circulation dans leur ville. Les premiers panneaux de signalisations # Normes, notamment les panneaux de limitation de vitesse allant de 4 à 10 km/h font leur apparition. Ne pas oublier que la voiture électrique existait déjà dans les années 1830 mais à l'époque il n'était pas possible d'industrialiser les moteurs et les réseaux électriques.

Avec une production de quelques milliers de véhicules au début du XXème siècle, l'industrie automobile a décollé à partir de la première guerre mondiale (parc mondial de 1,7 million de véhicules) et sa croissance ne s'arrêtera jamais pour atteindre 1,3 milliards de véhicules dans les années 2015 [4]. La croissance, tirée par l'Asie, résiste malgré l'abandon de l'idée de posséder un véhicule dans quelques métropoles européennes. Et même après le choc pétrolier des années 1970, l'utilisation de la voiture a toujours été indispensable pour se déplacer là où les transports collectifs ne le peuvent pas. En Europe, avec un bon maillage en métropole et le développement d'infrastructures de transports locales (tramways et métro), le choix de renoncer à détenir un voiture a été rendu possible ce qui n'est pas le cas aux Etats-Unis pendant les premières décennies du XXIème siècle. Comparé au cheval ou au chemin de fer, l'explosion du marché des voitures a entraîné avec lui un changement de mode vie #Populations et d'organisation de l'urbanisme #Immobilier sans oublier un sentiment de liberté.

Il faut aussi évoquer l'importance des "deux roues", en particulier le vélo, qui utilise les mêmes infrastructures ou presque. Inventé dans la foulée de la Draisienne par Karl Drais von Sauerbronn en 1817, c'est surtout à partir de 1880 que la commercialisation démarre en France. Créé en 1903, le Tour de France popularise l'invention et devient une vitrine pour la France dans le monde. C'est devenu un moyen de transport efficace et écologique # Biosphère mais à vitesse limitée. 

Après l''automobile, un autre moyen de transport, s'est mécanisé et spécialisé pour le transport de marchandises lourdes comme les matières premières : le bateau.


Le Bateau

Moins révolutionnaire en vitesse mais avec un grand potentiel de capacité de transport de marchandises et de personne : le bateau. Si les pirogues existaient depuis au moins 7 000 ans, la véritable révolution du monde de la navigation a été la mise au point des vaisseaux des explorateurs qui reposait sur la disponibilité de bois, donc de l'accès à des forêts # Biosphère et d'une connaissance fine des vents pour se déplacer efficacement sans erreurs. Au début du XVIIème siècle, le Royaume d'Angleterre comptait environ 150 vaisseaux de guerre armant de 30 à 100 canons. À la fin de ce siècle, sous le règne de Louis XIV et l'impulsion de Colbert, la France rattrape son retard et compte une centaine de vaisseaux de guerre actifs, et à la mort de Louis XIV, la Royale en a fait construire 381.

Le commerce maritime #Commerce International a sans aucun doute été à l'origine du capitalisme marchand à l'européenne depuis des Cités-Etats de méditerranée, comme Venise et Florence, ou des Pays-Bas. Sans marine, c'est l'autarcie assurée comme se désole l'héroïne du continent Essos dans Games of Thrones [5].

En Asie, la Chine était pourtant en avance sur l'Europe mais en raison de sa culture moins prédatrice, elle n'a pas fait le même usage de la puissance maritime. La navigation en haute mer évolue très tôt et très rapidement. Les premières traces de l'existence de navires en Chine font remonter aussi loin que le IIIe millénaire av. J.-C. Les Chinois sont également les inventeurs de la boussole et du gouvernail et 50 ans avant Christophe Colomb, Zheng He (Zheng = gouverner, « être à la barre ») parcourt le monde à la tête d'une armada gigantesque pour l'époque, dont les plus grandes jonques comptent 9 mâts, mesurent 130 mètres de long et 55 mètres de large, à comparer aux 30 mètres de long et 8 mètres de large de la Santa Maria. L'armada de Zheng He emporte 30 000 hommes à bord de 70 vaisseaux. Une telle armada aurait anéanti sans difficulté l'ensemble des flottes européennes si la Chine avait été expansionniste # Système politique. Au XIXème siècle les Britanniques estiment qu'il y a plus de 40 000 navires dans le seul port de Canton et ses environs. L'invention de la machine à vapeur puis l'utilisation de l'acier a ensuite donné un avantage décisif aux marines européennes puis japonaise.

L'Avion

S'affranchir de la gravité fût l'étape suivante mais cette fois avec des niveaux de vitesses à couper le souffle. On compte parfois en mach, de 10 à 25 Ma pour des missiles qui peuvent se mouvoir de 12 000 à 31 000 km/h .  Dès la fin du XVIIème siècle, l'Homme commence à s'élever à tâtons dans les airs avec la Montgolfière. Plusieurs précurseurs ont tenté ensuite de voler à l'aide de toutes sortes de machines : français, anglais, allemands. Là encore, difficile d'attribuer une invention tant il en existe des variantes. Et puis à l'époque, l'information était compliquée à vérifier. Au tout début du XXème siècle l'émulation autour des frères anglais Wright a définitivement convaincu de la puissance des phénomènes des vols contrôlés, motorisés bientôt autonomes. Le premier vol motorisé aurait été réalisé par l'ingénieur américain d'origine allemande Gustav Weißkopf en 1899 [6]. Les applications militaires #Force n'ont pas manqué. À la fin de la première guerre mondiale, on dénombrait : 4 500 avions français, 3 500 avions britanniques et 2 500 avions allemands.

Vient ensuite la période des grandes premières : records d'altitude, traversée des océans, vitesse comme le mur du son franchit  par Chuck Yeager en 1947, les femmes qui s'y mettent, sans oublier le développement de l'avion commerciale et de l'aéropostale rendu célèbre par Saint Exupéry [7].


LE CONCORDE

L'A 380

A chaque apparition d'une nouvelle façon de se déplacer, se met en place un nouveau système avec ses machines et ses infrastructures, façonnant ainsi de nouvelles variantes du  #Système économique.

S'informer et communiquer



Data-centers

Ils consomment 10% de l'énergie produite sur la planète.

La rupture provient de la généralisation des smartphones en lien avec l'augmentation de la capacité des réseaux en data. Vulnérabilité électromagnétique. Fin 2017, on dénombrait 5 milliards d'abonnés à un téléphone mobile et dont la moitié détenait un smartphone .


La chute de l’euro face au dollar fait remonter les prix des PC pour les consommateurs européens, alors que les ventes mondiales dévissent.

C’est la douche froide. Les ventes d’ordinateurs dévissent. Au deuxième trimestre, elles ont reculé de 12,6 % selon Gartner dans le monde, soit 10 millions de PC de moins vendus en un an. Le plongeon est encore plus impressionnant en Europe et aux États-Unis, avec des volumes de ventes en recul de, respectivement, 18 % et 17,5 %.


S'INSCRIRELes clients déjouent toutes les prévisions. Analystes, fabricants et sous-traitants rivalisaient pourtant d’optimisme pour 2022. Ils voyaient un marché durablement installé aux niveaux atteints en 2020 et 2021, durant la pandémie, compris entre 320 et 340 millions d’appareils vendus. La demande était alors portée par des entreprises et des consommateurs soucieux de s’équiper pour télétravailler, se divertir à domicile, jouer, apprendre… Cette évolution marquait un changement d’échelle, avec le passage d’un ordinateur par foyer à un ordinateur par personne. Mais le rebond a été de courte durée.


À LIRE AUSSIClassés et notés, les salariés américains de la tech mis sous pression

Dès la fin 2021, nouveau virage à 180 degrés. Les ventes ont commencé à baisser. Les consommateurs, libérés des contraintes de confinement, ont privilégié les dépenses de loisirs et les vacances au détriment de leur budget informatique. «Avec le retour de l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat, l’acquisition d’un nouveau PC est passée au second plan». Soucieux de préserver leur porte-monnaie et l’environnement, consommateurs et entreprises tendent en outre à conserver plus longtemps leurs ordinateurs et à se tourner vers le marché du reconditionné. Aux États-Unis, la durée moyenne de détention d’un ordinateur était de moins de six ans en 2018, elle est désormais de 7,7 ans et devrait passer 8,13 ans en 2025.


Les marques sont par ailleurs aujourd’hui frappées par la glissade de l’euro face au dollar: plus la monnaie européenne baisse, plus les prix de ces biens, libellés à l’origine en dollars, grimpent.

Montée en gamme de la demande

La conjugaison de tous ces facteurs conduit à une valse des étiquettes en rayon. HP, numéro deux mondial et leader en Europe, a «d’ores et déjà annoncé de nouvelles augmentations de prix sur ses produits». Le groupe explique «procéder à des ajustements en fonction des conditions du marché et des contextes internationaux».

À LIRE AUSSI

Smartphones reconditionnés: comment éviter les arnaques

«Pour maintenir leurs marges en période d’inflation, les fabricants de PC vont devoir augmenter leurs prix de vente, en dépit du ralentissement de la demande», note Mikako Kitagawa, directeur de la recherche chez Gartner. La hausse du prix moyen d’un ordinateur, passé de 390 à 401 dollars, est accentuée par une nette montée en gamme de la demande. Les ordinateurs de «gameurs», truffés de processeurs dernière génération et autres cartes graphiques surpuissantes, voient leur prix grimper sous l’effet de la hausse de ceux de leurs composants. Mais ils sont loin d’être les seuls à connaître cette course à la performance. «Les acheteurs se tournent vers des appareils plus adaptés à leur usage. Ils font davantage de vidéoconférences, travaillent plus de chez eux. Cela conduit à acquérir des PC avec plus de puissance, des écrans, des caméras, des micros de meilleure qualité», analyse Angelo d’Ambrosio.

Apple est le grand gagnant de cette évolution de la demande vers des produits à plus de 1000 euros. «Les clients ont répondu très favorablement aux nouvelles puces d’Apple», note un expert du secteur. Alors que le Mac le moins cher est à 1 199 euros, la marque à la pomme a vu ses ventes progresser de 9,3 % pour atteindre 8,8 % du marché mondial. Ce, alors que tous ses grands rivaux cèdent du terrain, HP affichant même un recul de 27,5 % de ses ventes en trois mois



La demande 


Les phases : décisions d'acquérir, ajustement en fonction des circonstances, adoption ou placard

Vision de croissance

 Warren Buffett. Le multimilliardaire nord-américain est en effet devenu le premier actionnaire de HP suite à un chèque d’environ 4,2 milliards de dollars versé pour acquérir une participation de 11 % au capital du fabricant de PC et d’imprimantes. Selon l'institut Canalys, le marché du PC a bouclé l'année 2021 en progression de 15 % par rapport à 2020 et de 27 % par rapport à 2019, avec un total de 341 millions d’unités livrées. 


La société de consommation

Ouvrage novateur car écrit en 1968 (43 ans...), Jean Baudrillard y décrit l'avènement des objets de consommations "des bidules, des gadgets" et également des intérieurs de maison qui se ressemblent -dans une fonction utilitariste- quitte à y perdre leur véritable "âme" pour "l'ambiance" plus marketing.

Premier ouvrage de Baudrillard, prélude évident à son second ouvrage "La société de consommation" (en 1970), d'ailleurs la seconde moitié du "Système des objets" est très proche de la critique du système de production et donc des modes de vie de la société contemporaine.

Cette analyse critique peut sembler évidente, en 2011, mais il fallait avoir le "flair" intellectuel de sentir le basculement qui s'amorçait à cette époque et qui n'était pas clairement identifié. Dans la même veine, Michel Clouscard dans "Néo-fascisme et idéologie du désir" (en 1973) avait compris l'aliénation nouvelle qui s'installait. 
Néanmoins, l'on peut mettre une réserve sur le Freudo-Marxisme de Jean Baudrillard, qui se révèle assez risible lorsqu'il voit "la forme phallique dans une lampe etc.", son analyse juste se servant parfois de l'outil marxiste et alourdie inutilement par ce freudisme. De plus, l'écriture de Baudrillard est assez débridée et sympathique pour un essai, mais parfois les phrases sont un peu longues (pas assez de virgules) et rendent les propos moins intelligibles.

En France, à l'époque des plans, en 1974, les services du Premier ministre commandaient à un sociologue, Michel de Certeau des travaux sur les pratiques quotidiennes de la société de consommation. Michel de Certeau était sociologue mais aussi Prêtre catholique. Il s'agissait de comprendre l'Art de faire ou de faire avec autrement dit les usages. Ces usages sont bien en lien avec les médias #Information relais d' influenceurs et diffuseurs d'innovations. Il est d'ailleurs intéressant de savoir si l'influence efficace se produit en amont grâce aux premiers influenceurs ou en aval après diffusion par les médias, par d'autre influenceurs, cette fois l'environnement de confiance des consommateurs. Liens simplistes mais pas inexistants[Travaux de Everett Rogers versus Elihu Katz].


Téléphone

Cette fois il existe une étude sociologique américaine depuis 1971 "Téléphone et société" de SH Aronson. Progressivement le téléphone va remplacer les visites de voisinage. Il lui faudra un siècle pour que l'usage que nous connaissons du téléphone se généralise. Et comme souvent, un objet sert à des usages qui ne correspondent pas à ce pour quoi il a été conçu au départ. En France, c'est France Télécom, #Entreprise publique qui s'est penchée sur la question. Sachez qu'en 1974, deux tiers des français déclarait ne pas avoir besoin du téléphone. Et pourtant, en 1979, 5 ans après, ils sont équipés à 50%. Toutes les études produites omettent systématiquement de traiter les rapports à l'objet ou des relations aux autres. Il y a d'ailleurs rarement adéquation entre le comportement des utilisateurs et les modes d'emplois.


Télévision

Baby sitter, outil d'information, dame de compagnie, ou ciment du groupe familial ?


La sécurité

Pendant des siècles, les #Etats-nation n'assuraient pas autant de prestations de sécurité qu'au 21ème siècle. Les #Populations devaient donc se défendre. 


L'OFFRE 

De l'artisanat à la production de masse par des #Entreprises : le cycle de production d'un produit




Comment s'organise la production d'un objet et comment celui qui le fabrique gagne ou pas de l'argent ?

La recherche, la conception ou l'amélioration du produit : c'est du temps passé, parfois pour rien, en amont de la production et de la vente mais c'est indispensable. Cette période est difficile à expliquer au consommateur que se dit que le prix d'un produit doit correspondre à au coût de fabrication et c'est tout. Ces dépenses s'avèrent d'autant plus compliquées à expliquer qu'elles se déroulent sur plusieurs années voire des dizaines d'années pour certains produits complexes comme les médicaments. Dans certains secteurs elles peuvent représenter plusieurs dizaines de % du prix d'un produit. En général une entreprise pas particulièrement innovante consacre 5% de son chiffre d'affaires annuels à ce type de dépense.

La production : plus facile à comprendre, il s'agit d'un processus industriel à partir de matière. Financièrement, on parle d'une marge brute de production qui correspond au chiffre d'affaires moins les achats externes de #Matières premières nécessaires pour fabriquer le produit. Evidemment, une #Entreprise ne peut produire qu'à condition d'utiliser des machines et de la main d'oeuvre #Talents et #Population qu'elle doit payer. Les machines s'achètent en général pour plusieurs années ou décades, la main d'oeuvre doit être rémunéré chaque mois ou chaque semaine selon les Pays. Les niveaux de marge brut peuvent varier considérablement d'un secteur à l'autre, elles peuvent être très élevées dans les services et très faible dans l'industrie ou la distribution puisque que cette activité consiste justement à ne faire que de l'achat/vente.

La vente : c'est une notion simple qui recouvre des dépenses de différentes natures. On peut les regrouper en trois catégories :

(i) les dépenses en marketing et communication/pub pour faire connaitre la société ou ses produits. Elles sont internes mais aussi externes comme pour la publicité.

(ii) les dépenses en commercialisation pour vendre. Il peut s'agir de commerciaux salariés internes ou de réseaux de commercialisation/distribution externes.

Pour faire fonctionner ces circuits de production/vente, les #Entreprises ont besoin de logistique #Transport pour s'approvisionner, distribuer. Associé à cette problématique, il faut emballer et recycler.

Enfin, les #Entreprises doivent se doter de Direction Financière, juridique et du personnel (dite des ressources humaines) pour s'assurer du bon déroulement de toutes ces opérations sous la houlette d'une Direction Générale (une ou quelques personnes selon la taille de l'Entreprise). Ce mode d'organisation est jusque là plutôt sain. On ne sait pas faire autrement et les chiffres financiers traduisent une réalité de bon fonctionnement. Toute la question est de savoir où placer les curseurs. Une #Entreprise doit gagner de l'argent après avoir payé raisonnablement les dépenses évoquées pour pouvoir investir dans le futur et rémunérer aussi ceux qui ont investi dans l'Entreprise. Et c'est ici que cela devient compliqué car aucun chiffre précis, même magique" ne peut se justifier facilement et légitimement. Nous y reviendrons plus tard, avec l'#Entreprise et surtout dans #Système Economique.

L'histoire des objets montre que les grandes avancées ont été portée par des industriels fondateurs dont le moteur #Talent n'était pas l'argent #Monnaie mais la vision et la passion. Ils cumulaient les rôles de dirigeants visionnaires, managers et actionnaires qui ne sont pas les mêmes. Ces mêmes rôles ont de plus en plus de mal à être incarnés par la même personne visionnaire pour des raisons de croissance "taille" des sociétés, un peu comme l'avait prédit Marx ce qui pose de plus en plus de problèmes depuis les années 2000 et sur lesquels nous reviendrons.


L'offre de téléphones mobiles/smartphones et tablettes

Pour le mobile, marché dominé par la Chine, la Corée et Apple sachant qu'Apple fait fabriquer une partie des composants des iphones en Chine par Foxconn originaire de Shenzhen : 1,3 milliards d'unités vendues en 2021, un marché gigantesque. Samsung avec 20% du marché écoule 272 millions d'unités, Apple 17%, et Xiaomi le chinois fondé par des capitaux chinois, américains et singapouriens 14%. Viennent ensuite Oppo, le chinois 10% et Vivo 10%, les autres se partageant les 30% restants du marché.

Ces appareils finissent par tous se ressembler et apportent les mêmes fonctionnalités. Il faut un écran le plus grand possible qui tienne dans une main, de quoi écouter, prendre en photo et filmer. Les règles d'ergonomie font converger tous les fabricants. Samsung garde une originalité avec ses écrans pliables et Apple ses applications de l'App store. Même au niveau logiciel, les bonnes pratiques se répandent et se copier.


L'offre de téléviseurs

Top 5 marché TV archi‑dominé par la Corée du Sud

Au total, les deux firmes sud‑coréennes détenaient en 2021 près de la moitié du marché TV (en valeur toujours donc au niveau des recettes générées) avec 48% de part de marché, en baisse de 0,5% comparé à 2020 précise Omdia. Soit une situation quasi stable d'une année sur l'autre. Sony s'est classé troisième avec une part de marché de 9,5%, TCL quatrième avec 8,0% et Hisense cinquième avec 6,8%. 

L'offre d'ordinateurs 

Les premières marques (Machintosh d'Apple, IBM, NCR, Bull, Toshiba) ont presque toutes disparues sauf Apple qui a pu renaître de ses cendres :


Parmi les leaders des années 2020, les marques asiatiques pesaient peu la fin des années 90 bien que fondées bien avant :

- les américains Dell en 1984,  HP en 1939 (avec Compaq), Apple en 1976, Microsoft en 1985 avec ses Surface,
- les taïwanais Acer en 1976, MSI en 1986 pour le gaming et Asus en 1989 ou même Gigabyte en 1986
- le chinois  Lenovo en 1984 et Huawei en 1987 qui vient des télécommunications

Les Européens ont complètement disparu du jeu. Les asiatiques ont mis une trentaine d'années pour devenir des leaders mondiaux. Par rapport aux mobiles on ne retrouve pas tout à fait les mêmes, la grande différence étant Samsung, le conglomérat Coréen.

Semi-conducteurs, puces et cartes graphiques

Un ordinateur seul apporte une capacité de calcul et de nombreuses utilisations possibles mais le coeur de valeur ajoutée pour l'utilisateur réside dans sa capacité a fonctionner en réseau : avec des applications software, et des infrastructures de télécommunication. Sa valeur technique était jugée faible par les européens puisque c'est un assemblage de puces que les américains (Intel, Qualcomm, Micron Tech, Texas Instruments), japonais (Toshiba et Renesas), taïwanais (TSMV et Mediatek), coréens (Samsung et SK Hynix) et européens (ST Microelectronics et Infineon)) fabriquent à partir de semi conducteurs et de cartes graphiques (NVIDIA). Pas de chinois.

Les voitures

Châssis et usine de production. Deux chevaux, Ford Mustang, Ferrari, Twingo, DS, Limousine, Ford T, Ford Grand Torino 1972. Les voitures asiatiques ont d'emblée connue la production de masse, peu de modèles ont laissé des traces dans l'imaginaire ou au cinéma. Motos :  Harley Davidson, Kawazaki, Yamaha visible sur les Paris-Dakar. Honda et Suzuki.




LA LOGIQUE DES OBJETS DITS "PRODUITS"



Cycle de vie des produits



Déchets

le marché mondial des déchets et des services de recyclage avait une taille totale de 55,1 milliards de dollars en 2020, et ce montant était passé à 57,69 milliards de dollars l’année dernière.

En 2022, il devrait valoir 60,41 milliards de dollars et, d’ici 2030, 88,01 milliards de dollars.


Depuis le 1er janvier 2018, la Chine ne veut plus être la poubelle du monde. Le géant asiatique, qui importait 7 millions de tonnes de déchets plastiques par an pour les transformer en matière première, a fermé ses portes à certains types de matériaux. Plastiques, métaux, mais aussi papiers et textiles doivent trouver un nouveau refuge.

Au fur et à mesure que la production mondiale de plastique progresse et que les effets négatifs de ce matériau sur la santé et l’environnement deviennent évidents, la Chine est devenue plus sélective. Elle a ainsi promulgué une loi dès 2013 pour refuser les matériaux mélangés avec des aliments, des métaux ou d’autres contaminants. Les importations de déchets plastiques ont par conséquent chuté, jusqu’à l’année dernière, lorsque le plus gros acheteur du monde a averti que ses achats cesseraient complètement.


Dans le même temps, pour pallier entre autres cette décision, l’Union européenne et la France ont mis en place des législations concernant la gestion des déchets. Le 18 avril 2018, le Parlement européen a ainsi adopté officiellement le paquet « économie circulaire », qui permet notamment de réduire les déchets ménagers, d’augmenter le recyclage et de diminuer la mise en décharge. Quatre textes ont été adoptés. Ils concernent les déchets, les emballages et déchets d’emballages, l’enfouissement des déchets, les véhicules en fin de vie, les piles et accumulateurs usagés, ainsi que les déchets d’équipements électriques et électroniques. « Pour la première fois, les États membres seront obligés de suivre un cadre législatif unique et partagé », a déclaré Simona Bonafè, l’eurodéputée en charge du projet.


Il est vrai que le matériau le plus critiqué aujourd’hui, en termes de recyclage et d’impact sur les océans et la faune marine notamment, est le plastique. Ce matériau, qui est utilisé à grande échelle depuis 1950, est en pleine expansion. En 60 ans, l’homme a fabriqué 8,3 milliards de tonnes de plastiques. Parmi lesquelles 9 % ont été recyclées, 12 % incinérées et 79 % rejetées dans la nature. Ainsi en 65 ans, 6,3 milliards de tonnes de déchets plastiques ont été accumulés. Selon une étude publiée dans Science Advance en juillet 2017, 12 milliards de tonnes de déchets plastiques pourraient être rejetées dans la nature d’ici 2050. Parce qu’il est souvent mélangé, le plastique est très difficile à recycler et, à l’inverse du verre, le nombre de fois où il peut l’être est très limité, car il perd peu à peu ses propriétés mécaniques.


« Il faut faire en sorte que le recyclage soit le point ultime, insiste Sylvain Lambert, associé en charge du développement durable de PwC. Il faut en amont éviter d’avoir des déchets. Ce n’est pas toujours facile pour nos mentalités de consommateurs. » Plusieurs solutions sont proposées, dans la feuille de route du gouvernement ou par des associations telles que « Halte à l’obsolescence programmée », pour remplacer l’économie dite « linéaire ». L’allongement de la durée de vie des produits, mais aussi l’optimisation de leur utilisation sont mis en avant afin d’éviter un remplacement systématique des produits. L’économie circulaire prône également la maintenance et la réparation des objets pour faire en sorte qu’ils durent plus longtemps. Et enfin, les produits doivent être pensés facilement démontables en pièces détachées pour séparer les différents éléments les composant.


Qu'est ce qui se recycle facilement ? Et comment éviter d'avoir des déchets en réutilisant des composants

En 2014, la France a incorporé 17,5 millions de tonnes de matières recyclées dans ses processus de fabrication, soit 2 % de sa consommation de matières premières. Mais ce procédé reste très inégal en fonction des matières premières : ainsi, l’acier et la fonte recyclés représentent 51 % des matériaux utilisés dans la production. Le taux d’utilisation du verre recyclé est de 58 %, celui du papier carton de 66 %. En revanche, l’utilisation du plastique recyclé se heurte à des freins à la fois technologiques et économiques et n’atteint que 6 %. 


Déchets par habitants et déchets ménager, la possibilité de trier


En France, un autre défi s’ajoute à l’équation : la quantité de déchets collectés sur le territoire augmente d’année en année, de 2 à 3 %. En 2015, la production de déchets en France était de plus de 320 millions de tonnes. Rapportée à la population, la production de déchets représente environ 4,9 tonnes par habitant. Les déchets ménagers augmentent également. En 2014, selon Eurostat, chaque Français a produit 430 kg de déchets ménagers. Pour être transformés en ressources, ces déchets collectés doivent généralement être triés et préparés. Cette étape de tri permet notamment d’atteindre un niveau de pureté nécessaire pour qu’un flux de matières soit incorporé à la production d’un nouvel objet. Tous déchets non dangereux et non inertes confondus, le parc de centre de tri est estimé à environ 450 installations ayant une capacité de tri de 7 millions de tonnes. Or « ces centres de tri arrivent à saturation, notamment pour les flux de papiers et d’emballages ménagers »,


Les villes : Copenhague et Oslo


La Mode 

En France dès le 14e siècle, la mode est un caprice aristocratique qui fait sensation à la Cour. C’est ce qui permet aux classes aisées de se distinguer des classes populaires. « La mode est alors un faire-valoir ; si elle n’a pas encore vraiment d’identité, elle est le miroir de la condition sociale. »

L’histoire de la mode commence vraiment au 19e siècle. Le créateur Charles-Frédéric Worth, pionnier de la Haute Couture, fait défiler, le premier, ses modèles sur de vrais mannequins, dans de prestigieux salons où se rassemblent une clientèle féminine aisée… sans doute les premiers défilés de couture de l’histoire.

En 1900, Paris compte une petite vingtaine de maisons de Haute couture. Il y en aura une centaine en 1946 (… et à peine 15 au tournant du 21e siècle).


L’électricité crée l’industrialisation, qui crée la confection – l’ancêtre du prêt-à-porter – qui crée les grands magasins. Pour la première fois de son histoire, le vêtement sort des chaumières où la mère de famille le confectionnait parfois maladroitement. Il envahit les vitrines des grandes villes d’abord et de province très vite. Le premier phénomène « mode de masse » est en mouvement. Et c’est le visage de toute notre société qui va changer.

En 1930, la mode fait ses premiers pas dans le marché de la publicité lorsque Coco Chanel et le producteur de cinéma Samuel Goldwyn concluent un accord portant sur l’habillage des stars de la société « United Artists ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les restrictions martiales mettent en péril les maisons de Haute-couture. Les textiles comptent parmi les premiers produits limités, destinés prioritairement à l’industrie de l’armement. Les femmes rivalisent alors d’ingéniosité pour conserver leur élégance toute parisienne. Les rideaux se transforment en robe, on court aux puces chiner le moindre morceau de tissu et on se teint les jambes au thé pour imiter les bas en soie.

La mode est drastiquement contrôlée : la longueur des jupes remonte sous les genoux, faute de tissu, ce qui marquera l’avènement de la jupe crayon. Comme un signe de résistance à l’occupant, le chapeau devient une icône de la décennie.

En été 1945, les Européennes ont envie de changement, de couleurs et d’innovation. C’est la période euphorique de l’après-guerre, les beaux GI’s ont importé le chewing-gum et le rock’n’roll, la mode vestimentaire va elle aussi fortement s’inspirer de nos cousins américains.

La mode devient « fashion » et ce terme définit à lui seul un passage de relais. Être fashion, c’est être différent, un tantinet subversif. Les classes bourgeoises s’éloignent de cette notion anti-traditionnelle et la mode se scinde entre les collections classiques et les collections « fashion » destinées à une clientèle très jeune, nombreuse et complètement émergente sur le marché. On sent les premiers vents d’émancipation.

Les femmes, qui avaient remplacé les hommes partis au front dans les usines notamment, reviennent au foyer. Finies les pénuries martiales, c’est l’opulence. Après des années de tenues assemblées de bric-et-de-broc, elle sera féminissime. Christian Dior, jeune créateur alors inconnu, invente le “New Look” qui redessine une taille aux femmes. La jupe se fait corolle ou crayon, la lingerie… coquine. Paris, amorphe sous l’occupation, redevient la capitale mondiale de la mode.

1967 voit déferler sur la France le « blue jeans », un ancien bleu de travail qui, moulé sur les cuisses de James Dean, se trouve une nouvelle vocation qui fait sensation. Ce tissu résistant devient tellement populaire qu’il habillera bientôt les jeunes du monde entier, sans distinction de sexe.

C’est une véritable frustration que la jeunesse lance dans les pavés hautement symboliques de mai 68. Les manifestations estudiantines aboutiront à l’émancipation de la femme qui est enfin autorisée à faire usage de la contraception et de l’interruption volontaire de grossesse.

Témoin de ces bouleversements de mentalités, la jupe qui ose remonter au-dessus du genou naît dans les années 1960, causant l’effroi chez les gardiens des traditions (Chanel dira qu’un genou, c’est moche et qu’il faut le cacher…).

Finie le fluidité peace and love des seventies, les années 1980 claquent, secouent, innovent. Frime and fric, culte du corps, bronzage et make-up outranciers : la mode est au too much.

Sous la houlette des Jean-Paul Gaultier, Thierry Mugler, Jean-Charles de Castelbajac, Rei Kawakubo et autres Kenzo, elle s’habille d’épaulettes XL et de couleurs fluos qui piquent la rétine. La femme devient une “working girl” qui fait du sport dans son legging en lycra.

Les années 80 voient émerger le nouveau visage de la mode ; les tops models. Des femmes (et quelques hommes) aux mensurations parfaites dont les sourires figés commencent à couvrir les chambres des jeunes adolescentes.

Jusque là confinés aux podiums élitistes de la Haute couture, les mannequins se popularisent à la Une d’une presse spécialisée adolescente et féminine ; ils deviennent de véritables stars avec en tête de file Cindy Crawford et Claudia Schiffer, les tops models les plus célèbres (et les mieux rémunérés) de l’histoire qui continuent aujourd’hui encore à conclure d’importants contrats publicitaires.

Après les acteurs de cinéma et les chanteurs, une nouvelle génération se met à idolâtrer des « physiques », de jeunes hommes et femmes dont la seule compétence semble être la perfection de leur corps (n’appelle-t-on d’ailleurs pas Elle McPherson The Body « le corps » ?)

Parallèlement et non sans rapport, l’obésité et l’anorexie font leur apparition. Premiers malaises ; ces mannequins, modèles de consommation affichés dans tous les magazines, ne reflètent pas la société qui essaie pourtant à tous prix de leur ressembler…

Les années 1990 s’ouvrent sur la Guerre du Golfe (1990-1991) et une récession qui calment aussitôt la folie délurée des eighties. Sous l’impulsion des “Six d’Anvers” (Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Walter Van Beirendonck Dirk Bikkembergs…) et de designers japonais implantés dans la capitale française (Izumi Ogino, Yoshiki Hishinuma, Junya Watanabe…), la mode aspire à plus de sobriété et de minimalisme, c’est le courant “antifashion” auquel répond l’exubérance d’un Alexander McQueen, John Galliano ou Thierry Mugler et leur style “cyber” déluré inspiré des films de SF (Total Recall, Mars Attacks, Independance Day, Le Cinquième Élément, Matrix, …).

Car malgré l’ambiance morose, la mode n’a pas dit son dernier mot flashy et, en-dehors des catwalks, la jeunesse s’amuse en chaussures à plateformes, jeans mom taille haute, crop tops colorés, les cheveux pleins de chouchous aux couleurs criardes. Leurs idoles ? Brenda et Kelly de Beverly Hills, Rachel et Monica de Friends, les Spice Girls, Britney Spears. Mais aussi des égéries plus dark de la mouvance “Kinderwhore”, comme la sulfureuse Courtney Love.

Mode girly, un poil féministe (“Girl Power !”), grunge et minimalisme cohabitent ainsi dans un joyeux patchwork d’influences. Une tendance qui n’en finit pas de revenir, portée par les labels les plus pointus de la fashionsphère, Off-White, Balenciaga, Vetements notamment, qui n’en finissent plus de réinterpréter les tendres nineties et leurs coupes radicales.

Le phénomène des « marques » apparaît dans les cours de récréation au tournant de l’an 2000. Pour la première fois, le nom du fabricant du vêtement compte plus que son aspect. C’est une véritable aubaine pour les marques qui en usent (et en abusent).

C’est bien sûr la publicité qui crée ce phénomène. Le message est assez simple : « Regarde, ton idole aime cet habit. Tu veux lui ressembler ? Alors porte-le ». Évidemment, c’est un peu basique mais bien mis en scène et récité par un célèbre footballeur, ça marche.

C’est le sport qui le premier érige un culte à ses marques phares omniprésentes sur les stades de foot. L’idée est de développer des chaussures de sport à usage citadin, la « basket urbaine » qui fait sensation. Adidas, Nike, Puma, tout le monde s’y met et pour vendre, les grandes marques n’hésitent pas à casser leur tirelire pour s’offrir les plus grandes personnalités sportives du moment.

Aujourd’hui, le marketing des célébrités ne se limite plus au monde du sport et les marques développent des contrats avec des chanteurs, des comédiens, des mannequins, des “it girls”, des journalistes et présentateurs de télévision, notamment.

Réaction à des événements politiques / diplomatie internationaux, sociaux



Mobiliers


Bien d'équipements

L'électroménager et les outils ont considérablement augmenté la qualité de vie des ménages et des travailleurs manuels pour ceux qui n'ont pas été remplacés par des machines. 

Le confort 


Biens de consommation

La liste serait trop longue. Evidemment en lien avec la société de consommation et au mode de vie. La liste serait trop longue. Evidemment en lien avec la société de consommation et au mode de vie. La quête d'objets de toutes sortes devient la finalité de beaucoup de consommateurs. Textiles, jouets, accessoires etc. Dans les années 2000, le nombre de référence a augmenté de l'ordre de 50%. Ainsi on passe en moyenne de 200 à 300 références par famille de rayon. Trouver un gel douche, c'est choir parmi 270 références dans un hypermarché. Et un hypermarché regorge de près de 100 000 références.


Revenons plus particulièrement sur les biens immobilier et plus largement sur le secteur [Immobilier]. Secteur particulier très imbriqué avec la politique, la finance et l'environnement.


Possession et propriété

La jalousie de ne pas posséder. La possession d'objet pose aussi la question de la propriété et de l'éventuelle jalousie qui peut en découler. Et souvent cela se termine mal.


Usage = abonnement qui pose d'autres difficultés.


Quand tu es jaloux, au fond, le problème vient du fait que tu considères que ce que l'autre a reçu (un cadeau, de l'amour, une bonne note) aurait dû être à toi et pas à l'autre, un peu comme si l'on t'avait volé quelque chose. À ce moment-là, tu préférerais être à la place de l'autre, celui qui a reçu la bonne note, le cadeau, la preuve d'amour !

Le problème de la jalousie c'est qu'elle te pousse à détester l'autre. La Bible regorge d'histoires de jalousie qui tournent très mal. C'est Caïn, qui tue son frère Abel parce que Dieu a préféré le cadeau d'Abel au sien, ce sont les frères de Joseph qui le jettent au fond d'un puits avant de le vendre, parce qu'ils voient qu'il est l'enfant préféré de leur père.

À travers tous ces récits, la Bible montre que la jalousie pousse à la destruction de l'autre. C'est ainsi que naissent les guerres





LES OBJETS EMBLEMATIQUES


Objets pour la culture et de collection

Le marché de l'art existe depuis 4 siècles

1700-1850 Les premières collections se constituent pour des acheteurs anglais et français à partir d'oeuvres hollandaises les plus prisées (Rembrandt) mais aussi de récupérations lors des guerres Napoléonienne en Egypte et Italie. C'est à partir de la révolution française que se pose la question de la protection du patrimoine national au sein des cercles intellectuels et politiques. Cela devient possible, entendable puisqu'il ne s'agit plus de la fortune d'un roi mais le bien commun.

1850-1930 Les collections s'ouvrent à de nouveaux artistes, de nombreux courants #Peinture, cette période se termine par la reconnaissance de Picasso et quelques records de ventes.

1930-2010 Les années 30 font souffrir le marché de l'art qui ne rebondit qu'après la seconde guerre mondiale. Des ventes d'oeuvres de Gauguin, Giacometti et Picasso atteignent des sommets. Le record est détenu par Salvatore Mundi de Leonard de Vinci détenu par un prince d'Arabie Saoudite. 450 M USD en 2017. A la même époque, un petit Botticelli peut partir pour 80 M€. Les tableaux les plus chers sont des oeuvres de la seconde moitié du XXème siècle, et la condition pour que les prix s'envolent : un artiste mort.

En 2019 les transactions identifiées s'élèvent à 50 milliards de dollars [X UBS et foire de Bâle The Art Market 2021] : une grosse moitiés par les galeries d'art et le reste par les salles de ventes

On achète pour appartenir presqu'autant que pour posséder. c'est l'effet Veblen [S Distinguin, La Théorie de la classe de loisir, 1899] Le marché s'organise autour d'un drôle de tryptique américano-franco-britannique : les maisons d'enchères sont anglaises (Sotheby's, Christie's, Phillips) détenus par des milliardaires français (respectivement Drahi, Pinault, Arnault) mais les choses se passent à New-York.

Les musées rendent la démocratisation de la culture possible tout autant que sa conservation. Pour certains l'art est la représentation de la grandeur des Etats-Nations. 


Le vocabulaire français s'est adapté à tout un tas de pratiques comme celle de collectionner des chouettes, les hululophilistes, les collectionneurs de fèves de galette des rois, les stéphanophiles.



Les boîtes de conserve en étain ont apporté beaucoup et expliquent l'essor de la capital de la Malaisie, Kuala Lumpur, littéralement estuaire boueux, située à proximité de mines de d'étain #Matières premières avec lequel sont fabriquer ces boites. Les denrées ne sont plus périssables et la conserve peut rester à température ambiante entre trois et cinq ans. Grâce à cette invention, de longues expéditions peuvent être effectuées sans crainte de famines ou de maladies. Elle sera même l'une des oeuvres les plus célèbres d'Andy Warhol, la sérigraphie de 32 boîtes de conserve, Campbell's Soup Cans.


Les instruments de musiques


Les chaussures


Un bon exemple pour comprendre le tissus industriel. 

3 873 EMPLOYÉS DANS LE SECTEUR FRANÇAIS DE LA CHAUSSURE

D’après la FFC, le savoir-faire et l’artisanat de la chaussure française sont maîtrisés par près de 3 873 employés à travers le pays.

Les métiers sont variés et touchent à toutes les étapes de la chaussure. De la conception à la commercialisation en passant par la fabrication, la qualité ou encore la logistique.

De nombreuses formations sont proposées pour atteindre la filière Mode Textiles et Cuirs, tant réputée en France.

PLUS DE 4 000 ENTREPRISES DE VENTE DE CHAUSSURES RECENSÉES EN FRANCE

Selon la Fédération des Détaillants en Chaussures de France (FDCF), plus de 4 000 entreprises commercialisent des chaussures. La plupart d’entre elles sont des TPE avec une ou deux boutiques en centre-ville. Au total, cela représente plus de 5 350 magasins dans toute la France.     


Machines uniques

Certains objets s'apparentent à leur site physique comme l'accélérateur de particules du CERN. Ces objets n'ont du sens qu'avec l'immobilier qui va avec. Il en existe une petite cinquantaine illustrant une pratique de plus en répandue. 


La poubelle, concours Lépine


Bâtiments stratégiques

Les Etats-Unis, L'Europe (France, Allemagne et Angleterre) avec La Chine et Le Japon détiennent quasi exclusivement les sites stratégiques mondiaux :

Principaux aéroports (Atlanta, etc) :

Supercalculateurs :o    En janvier 2013, les systèmes Ada et Turing, construits par IBM, sont installés à l'Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (IDRIS) d'Orsay. La somme de leur puissance dépasse le pétaFlops.

En mars 2013, le supercalculateur Pangea13 détenu par Total est inauguré, devenant le système le plus puissant jamais installé en France. Sa puissance de calcul s'élève à 2,3 pétaFlops, équivalant à celle de 27 000 ordinateurs de bureau réunis.
o    Depuis 2010 les Chinois, les Japonais, les Suisse et les Américains disposent de quelques supercalculateurs de capacité de 10 à 33 PFLOPS

       
Centres de recherches

 Les Laboratoires Sandia (Sandia National Laboratories)

Ils sont parmi les principaux laboratoires nationaux du département de l'Énergie des États-Unis. Gérés par la Sandia Corporation, filiale du groupe Lockheed Martin, les laboratoires sont présents sur deux sites : l'un à Albuquerque au Nouveau-Mexique et l'autre à Livermore en Californie et gère en partie l'usine Pantex de démantèlement d'armes nucléaires

Leur mission principale est de développer, réaliser et tester les composants non nucléaires des armes nucléaires des États-Unis. Leurs autres missions de recherche et développement portent sur les programmes énergétiques et environnementaux.

Ils ont notamment développé la Z machine, le plus puissant générateur de rayons X au monde, destiné aux tests de vieillissement des armes nucléaires, ainsi que le superordinateur ASCI Red, premier ordinateur d'une puissance de calcul supérieure au téra FLOPS.

CERN (L'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, aussi appelée laboratoire européen pour la physique des particules et couramment désignée sous l'acronyme CERN, est le plus grand centre de physique des particules du monde)

HAARP près de Gakona en Alaska (inspire le Romancier publiquement très à gauche Jean-Paul Jody, La Route de Gakona) – exploitation des travaux scientifiques de Nicolas Tesla dont Jean Echenoz a fait une biographie Des Eclairs parue en 2010 . L’entrepreneur américain Elon Musk a baptisé sa voiture électrique Tesla .

Sites de lancements de satellites (Cap Canaveral, Kourou en Guyane française et Baïkonour en Russie, et le Centre spatial de Jiuquan dans le désert de Gobi en Chine)

Le programme spatial de la Chine possède trois autres ports spatiaux : le centre spatial de Taiyuan (lançant les satellites héliosynchrones), le centre spatial de Xichang et le centre spatial de Wenchang.

Télescopes et radiotélescopes (VLT au Chili, Arecibo à Porto Rico)

Sites stratégiques : infrastructures technologiques

Les Etats-Unis, L'Europe (France, Allemagne et Angleterre) avec La Chine et Le Japon détiennent quasi exclusivement les sites stratégiques mondiaux :

Principaux aéroports (Atlanta, etc) :

Supercalculateurs :o    En janvier 2013, les systèmes Ada et Turing, construits par IBM, sont installés à l'Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (IDRIS) d'Orsay. La somme de leur puissance dépasse le pétaFlops.

En mars 2013, le supercalculateur Pangea13 détenu par Total est inauguré, devenant le système le plus puissant jamais installé en France. Sa puissance de calcul s'élève à 2,3 pétaFlops, équivalant à celle de 27 000 ordinateurs de bureau réunis.
o    Depuis 2010 les Chinois, les Japonais, les Suisse et les Américains disposent de quelques supercalculateurs de capacité de 10 à 33 PFLOPS

        
Centres de recherches

 Les Laboratoires Sandia (Sandia National Laboratories)

Ils sont parmi les principaux laboratoires nationaux du département de l'Énergie des États-Unis. Gérés par la Sandia Corporation, filiale du groupe Lockheed Martin, les laboratoires sont présents sur deux sites : l'un à Albuquerque au Nouveau-Mexique et l'autre à Livermore en Californie et gère en partie l'usine Pantex de démantèlement d'armes nucléaires

o    Leur mission principale est de développer, réaliser et tester les composants non nucléaires des armes nucléaires des États-Unis. Leurs autres missions de recherche et développement portent sur les programmes énergétiques et environnementaux.

o    Ils ont notamment développé la Z machine, le plus puissant générateur de rayons X au monde, destiné aux tests de vieillissement des armes nucléaires, ainsi que le superordinateur ASCI Red, premier ordinateur d'une puissance de calcul supérieure au téra FLOPS.

CERN (L'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, aussi appelée laboratoire européen pour la physique des particules et couramment désignée sous l'acronyme CERN, est le plus grand centre de physique des particules du monde)

HAARP près de Gakona en Alaska (inspire le Romancier publiquement très à gauche Jean-Paul Jody, La Route de Gakona) – exploitation des travaux scientifiques de Nicolas Tesla dont Jean Echenoz a fait une biographie Des Eclairs parue en 2010 . L’entrepreneur américain Elon Musk a baptisé sa voiture électrique Tesla .

Sites de lancements de satellites (Cap Canaveral, Kourou en Guyane française et Baïkonour en Russie, et le Centre spatial de Jiuquan dans le désert de Gobi en Chine)

o    Le programme spatial de la Chine possède trois autres ports spatiaux : le centre spatial de Taiyuan (lançant les satellites héliosynchrones), le centre spatial de Xichang et le centre spatial de Wenchang.

Télescopes et radiotélescopes (VLT au Chili, Arecibo à Porto Rico)



Infrastructures (barrages, centrales énergétiques)

Ces actifs figurent dans les comptes des sociétés qui les détiennent. Amortis, leurs valeurs comptables enregistrées dans les comptes ne réfletent pas toujours la réalité. la valeur de marché pouvant être plus élevée ou au contraire plus basse si des investissements de modernisation doivent entrepris ou même à zéro si cela coûte de l'argent d'exploiter à perte un actif. Les nations fortement industrialisées regorgent d'infrastructures modernes mais aussi obsolètes [des effondrements de ponts surviennent de plus en plus souvent]


Les objets s'adaptent à la pratique. Si les balles de golf sont recouvertes de petites fossettes c'est parce que des golfeurs se sont aperçus que les balles cabossées allaient plus loin que les autres.


Offre et demande


Par qui sont ils proposés ? Pourquoi sont-ils achetés et au prix fixé ? Comment de fait l'équilibre de l'offre et de la demande ? Qui mets en place des #Normes ? Les objets se trouvent au coeur de l'activité économique. Que se passe t'il si la capacité de production dépasse la soutenabilité de la Biosphère ? Une question que la société marchande, au coeur du #Système Economique n'a pas envie de poser !


Innovation

Selon Flichy, one ne peut comprendre les usages qu'en pensant simultanément le social et le technique, et en les articulant. Ce n'est ni le marché, ni les réseaux sociaux, ni le génie de l'inventeur qui feront, seuls, qu'un objet technique soit utilisé. p36 Il faut prendre en compte les cadres d'usage et de fonctionnement des utilisateurs.


Derrière un objet se cache donc beaucoup d'enjeux : Biosphère, Matières premières, Sciences, Populations, Grandes fortunes, Entreprise, Immobilier.


SYNTHESE


Vers des formes de "crédit de voyage" ou d'utilisation de biens et services néfastes pour la biosphère ?


  NOTES

 

XXXX


Dès le XIXe siècle l'objet est au centre des mutations socio-économiques: il constitue le fondement matériel et symbolique des sociétés de consommation, participe à la modification des structures urbaines et de l'espace visuel collectif et se place au centre des mécanismes bourgeois de valorisation sociale et symbolique. La prolifération des choses configure un univers matériel en perpétuel changement. La littérature, les arts plastiques, les expositions, musées, collections et autres projets de mémoire sont autant de manières de fixer cette matérialité labile et de donner forme aux nouvelles angoisses et obsessions identitaires qu'elle suscite. Dans ce volume, Marta Caraion se propose d'interroger le statut historique, social, esthétique et littéraire de l'objet, de ses usages et de la complexité de ses représentations, depuis les années 1830 jusqu'à nos jours, en rassemblant des études venues d'horizons disciplinaires divers: littérature (José-Luis Diaz, Valérie Stiénon, Anaïs Goudmand, Hugues Marchai, Nicolas Wanlin, Christophe Imperiali, Laurence Guellec, Gaspard Turin), histoire et anthropologie (Manuel Charpy, Camille Lorenzi, Sylvain Venayre, Lancelot Arzel, Nicolas Rieder), histoire de l'art (Philippe Kaenel), histoire des sciences et des techniques (Jean-François Luneau). S'esquisse ainsi, au fil de ces textes, une cartographie du monde matériel aux parcours multiples, dont on n'a pas fini de lister les entrées et les croisements d'éclairage possibles: objet de consommation, objet publicitaire, objet technique, objet bourgeois et objet de décoration, objet ethnologique, objet-souvenir du voyageur, objet-preuve de l'enquête policière, objet de collection et objet d'art, objet poétique ou romanesque, objet-relique, objet hybride, objet unique et objet de série, etc.


Sur la mémoire des objets

Ce livre passionant se lit comme un roman d'aventures riches en rebondissements. Dès son commencement, il nous invite à soulever subrepticement le voile d'Isis cachant un monde invisible aux non-initiés. Ce livre permet alors, d'aborder l'intimité d'une relation profonde et métaphysique entre un collectionneur et ses objets. Singulier et original en son genre, il laisse à chacun libre choix de croire ou de ne pas croire à ce qui peut tous nous toucher de manières différentes.

Ce livre est aussi l'écho d'un principe important qu'Aristote nommait la catharsis... car l'Art accompagne l'Homme depuis son origine.


When the Japanese within six weeks of Pearl Harbor took control of 90 percent of the world’s rubber supply, the U.S. dropped the speed limit to 35 mph to protect tires, and then, in three years, invented from scratch a synthetic-rubber industry that allowed Allied armies to roll over the Nazis. At its peak, Henry Ford’s Willow Run Plant produced a B-24 Liberator every two hours, around the clock. Shipyards in Long Beach and Sausalito spat out Liberty ships at a rate of two a day for four years; the record was a ship built in four days, 15 hours and 29 minutes. A single American factory, Chrysler’s Detroit Arsenal, built more tanks than the whole of the Third Reich.



La biomasse terrestre dépassée par les matériaux fabriqués par l'homme

Dans une étude révélée par le « Guardian », des chercheurs tirent le signal d'alarme sur l'augmentation de la masse des matériaux produits par l'homme.[Les batiments et infrastructures sont les principaux responsables de l'augmentation de la masse anthropique depuis le debut du XXe siecle (Photo d'illustration).]
Les bâtiments et infrastructures sont les principaux responsables de l'augmentation de la masse anthropique depuis le début du XXe siècle (Photo d'illustration).© Lilian Cazabet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Par LePoint.fr
Publié le 09/12/2020 à 19h54D'une part, le plastique, le béton, le métal et les briques, tout ce que fabrique l'être humain. De l'autre, l'intégralité de la biomasse de la Terre, les organismes vivants actuellement sur la planète, les plantes, les animaux, les champignons, ou encore les microbes. En 2020, la masse des premiers est supérieure. C'est la conclusion édifiante à laquelle parvient une étude révélée par le Guardian ce mercredi 9 décembre.

Dans un article publié dans la revue Nature, les chercheurs déclarent avoir « mesuré de manière objective et rigoureuse la réalité de la balance actuelle entre l'homme et la nature ». Selon eux, la seule quantité de plastique dans le monde surpasse en masse la totalité des animaux terrestres et marins combinés.

L'augmentation considérable de l'activité humaine

En moyenne, chaque être humain est responsable de la production de plus de l'équivalent de son poids en matériaux, chaque semaine. Depuis le début du XXe siècle, l'empreinte humaine a considérablement augmenté, multipliée par deux tous les vingt ans.


La masse anthropique telle que calculée par les chercheurs de l'Institut des sciences de Rehovot, en Israël, est la masse des objets solides inanimés fabriqués par l'homme, sans compter les déchets. Cela comprend principalement les bâtiments et infrastructures. La biomasse mondiale, elle, est majoritairement constituée de plantes.

Nommer notre ère l'Anthropocène

Au début du XXe siècle, la masse anthropique équivalait à environ 3 % de la biomasse de la Terre. En 2020, elle atteint 1,1 teratonnes (1 000 milliards de tonnes), soit plus que la biomasse de la planète. Car au fur et à mesure que l'homme s'étend, il supprime une partie de la vie de la planète, notamment les plantes. Depuis le XVIIIe siècle, l'agriculture a provoqué une réduction de moitié la masse totale des plantes.


« La surface de la Terre est affectée, au XXIe siècle, d'une manière sans précédent par l'activité humaine, la production et l'accumulation de matériaux fabriqués par l'homme », explique l'étude. Si l'humanité poursuit ce rythme, l'impact total dépassera les 3 teratonnes en 2040. « L'augmentation a été si abrupte et considérable que nous proposons que l'ère géologique en cours soit renommée Anthropocène, concluent les chercheurs. Notre étude étaye rigoureusement cette proposition. 

  RESSSOURCES

 

Premièrement, c'est un assez beau livre, et donc, pas un objet que l'on va facilement jeter ou évacuer. Ensuite, cela donne des idées sur ce que l'on peut faire pour ne pas surconsommer. Les photos rendent plus concret les envies d'éliminer, et de garder. Quelques idées vont à contre-courant de nos idées occidentales, et c'est très bien. Dominique Loreau habite au Japon. Et finalement, tout cela nous sert à nous consacrer plus à ce qui nous intéresse réellement.


Bibliographie


Il n'existe très peu de livres ni d'études sur ce sujet. Les objets depuis leur conception, leur industrialisation puis leur consommation et enfin maintenant leur recyclage ne sont pas étudiés.

Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme, Razmig Keucheyan, La Découverte, 2019
Les nouveaux objets transitionnels: Du doudou de Winnicott à l’iPhone de Jobs, Daniel Marcelli, Eres, 2019
99 objets nécessaires et suffisants, Dominique Loreau, Flamarion, 2011 
Ces objets insolites ou obsolètes que vous pensiez avoir oubliés, Ariel Wizman, Michel Lafon, 2013
Forme et objet. Un traité des choses, Tristan Garcia, Métaphysiques, PUF, 2015
La mémoire des objets, Alexandre de Bothuri, Del Busso, 2015 
L'innocence des objets, Orhan Pamuk, Gallimard, 2012
Comment l'esprit vient aux objets, Serge Tisseron, PUF 2016
Le Système des objets, Jean Baudrillart, Gallimard, 1968
Usages de l'objet : Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles, Marta CaraIon, Champ Vallon Editions, 2014
Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIème siècle à nos jours, Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou, Fayard, 2019
George Sand et le monde des objets, Auteurs collectifs, Editions Classiques Garnier, 2021


Des hommes et des objets - Esquisses pour une sociologie des objets, Thèse de Bernard Blandin, 2000



Dès le XIXe siècle l'objet est au centre des mutations socio-économiques: il constitue le fondement matériel et symbolique des sociétés de consommation, participe à la modification des structures urbaines et de l'espace visuel collectif et se place au centre des mécanismes bourgeois de valorisation sociale et symbolique. La prolifération des choses configure un univers matériel en perpétuel changement. La littérature, les arts plastiques, les expositions, musées, collections et autres projets de mémoire sont autant de manières de fixer cette matérialité labile et de donner forme aux nouvelles angoisses et obsessions identitaires qu'elle suscite. Dans ce volume, Marta Caraion se propose d'interroger le statut historique, social, esthétique et littéraire de l'objet, de ses usages et de la complexité de ses représentations, depuis les années 1830 jusqu'à nos jours, en rassemblant des études venues d'horizons disciplinaires divers: littérature (José-Luis Diaz, Valérie Stiénon, Anaïs Goudmand, Hugues Marchai, Nicolas Wanlin, Christophe Imperiali, Laurence Guellec, Gaspard Turin), histoire et anthropologie (Manuel Charpy, Camille Lorenzi, Sylvain Venayre, Lancelot Arzel, Nicolas Rieder), histoire de l'art (Philippe Kaenel), histoire des sciences et des techniques (Jean-François Luneau). S'esquisse ainsi, au fil de ces textes, une cartographie du monde matériel aux parcours multiples, dont on n'a pas fini de lister les entrées et les croisements d'éclairage possibles: objet de consommation, objet publicitaire, objet technique, objet bourgeois et objet de décoration, objet ethnologique, objet-souvenir du voyageur, objet-preuve de l'enquête policière, objet de collection et objet d'art, objet poétique ou romanesque, objet-relique, objet hybride, objet unique et objet de série, etc.


Sur la mémoire des objets

Ce livre passionnant se lit comme un roman d'aventures riches en rebondissements. Dès son commencement, il nous invite à soulever subrepticement le voile d'Isis cachant un monde invisible aux non-initiés. Ce livre permet alors, d'aborder l'intimité d'une relation profonde et métaphysique entre un collectionneur et ses objets. Singulier et original en son genre, il laisse à chacun libre choix de croire ou de ne pas croire à ce qui peut tous nous toucher de manières différentes.

Ce livre est aussi l'écho d'un principe important qu'Aristote nommait la catharsis... car l'Art accompagne l'Homme depuis son origine.


When the Japanese within six weeks of Pearl Harbor took control of 90 percent of the world’s rubber supply, the U.S. dropped the speed limit to 35 mph to protect tires, and then, in three years, invented from scratch a synthetic-rubber industry that allowed Allied armies to roll over the Nazis. At its peak, Henry Ford’s Willow Run Plant produced a B-24 Liberator every two hours, around the clock. Shipyards in Long Beach and Sausalito spat out Liberty ships at a rate of two a day for four years; the record was a ship built in four days, 15 hours and 29 minutes. A single American factory, Chrysler’s Detroit Arsenal, built more tanks than the whole of the Third Reich.

Jean 501 - Marilyn Monroe par Philippe Halsman pour Life (1952)

Data Center

Téléphone

Voiture

Déchets : Cimetierre de bâteaux au Bangladesh

Usine Boeing Everett

L'usine Boeing d'Everett, à Everett, dans l'État de Washington, est l'usine d'assemblage des avions de ligne de Boeing. Construit en 1967, il s'agit du plus gros bâtiment du monde en termes de volume, avec 13 385 378 m3, pour une surface totale de 399 480 m2. C'est dans cette usine que sont construits les gros-porteurs 747, 767, 777 et 787.

.

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies