l'affaire Clearstream 

lundi 11 janvier 2010, 22:51

D'abord il y a au moins deux affaires, et c'est bien le problème qui génère la confusion :

Clearstream 1 : une enquête sur une chambre de compensation internationale
Clearstream 2 : la médiatisation du nom de cette société dans le cadre d'une affaire politique

Ce que l'on peut retenir, ce sont d'abord les trois livres de Denis Robert :

Le premier, publié début 2001 et qui a été même interdit, Révélation$, qui met en lumière de manière imparfaite mais réaliste les disfonctionnements d'une chambre de compensation située au Luxembourg. Les deux ouvrages suivants racontent les suites de l'affaires en 2002 puis juin 2006.

Curieusement, rien n'a été écrit sur le sujet pendant de nombreuses années. A partir de l'été 2004, l'affaire devient médiatique grâce à la publication d'un article du Point écrit par Jean Guisnel, Jean-François Jacquier, Laurent Léger avec Lucien Lambert.

La salve de livre commence à paraître à l'été 2006 avec la sortie de trois livres : celui d'Airy Routier, de deux journalistes de l'Express et d'un duo de journaliste Libé-Aujourd'hui.

Imad Lahoud donne sa version forcément peu objective en février 2007.

Enfin en septembre 2009, Frédéric Charpier, indépendant, publie un livre assez complet sur le sujet un peu avant l'audition des protagonistes au Palais de Justice de Paris.

Le livre de Charpier, le plus complet mais c'est aussi le dernier sorti, est le seul à vraiment tenter d'en savoir un peu plus sur une affaire qui agite beaucoup de monde et dont on ne comprends finalement plus tellement pourquoi.

Les livres publiés en 2006, ne sont que des compilations de ce qui était déjà connu, avec peu de révélations ni d'analyses approfondies.

On a donc peu d'éléments pour se forger une opinion. Seul le site Internet Mediapart, a véritablement enquêté et publié. Le site a publié le réquisitoire de plusieurs centaines de pages qui résume les faits de l'affaire, mais aussi quelques révélations comme celles sur les relations Lahoud-Pérol.

1. Dans cette affaire, le rôle trouble de Clearsteam, initialement dénoncé par Denis Robert n'est pas tranché : un audit était censé disculper Clearstream mais personne ne peut avoir d'idées sur la qualité et la fiabilité de cet audit puisque c'est la société elle même qui a payé l'auditeur. L'auditeur étant constitué d'une équipe pas forcément compétente. L'opposition entre le journaliste Denis Robert, avec peu de moyens, et la société internationale, consortium de banques, était inégale.

2. Pourquoi Dominique de Villepin a été autant chargé alors que beaucoup de monde dont la Ministre de la Défense était au courant

3. Pourquoi l'existendce d'un faux listing n'a pas pu être démontré suffisamment rapidement avant la médiatisation de l'affaire ?

Révélations - Denis Robert - Les Arènes - Fébrier 2001

C'est un des livres contemporains qui a été provisoirement parmi les plus chers. 500 € sur Amazon. Interdit depuis quelques années, il est devenu rare. Ce livre est finalement le point de départ d'une vision critique des mécanismes sous-jacents de la finance internationale.

Ce livre est bouleversant, ou tout simplement fascinant : en 1970, pour transférer un capital américain en Belgique (par ex.), le banquier devait prendre l'avion pour échanger les titres, d'où une perte de temps, et donc d'argent. Aujourd'hui toutes les transactions mondiales passent instantanément par seulement 2 sociétés de clearing belge et luxembourgeoise, et c'est Ernest Backes, l'un des concepteurs qui nous en révèle les secrets. Une seule société (Swift) connecte 7000 institutions financières, transfère 3000 milliards d'euros par JOUR, Clearstream et Euroclear assurant 150 millions de transactions par an. Initiateur du système E. Backes révèle les scandales (Denis Robert est le journaliste écrivain), meurtres et dissimulations dont il fut témoin. Par des mots simples il explique les mécanismes de blanchiment d’argent, notamment par les comptes non publiés. Pour preuve il publie des microfiches qui sauvegardent toutes les transactions, (ou chacun peut retrouver le nom de sa banque)… Cet outil gigantesque et devenu incontrôlable offre l’opacité idéale, et pourtant Ernest Backes démontre qu’il permet, si l’on s’en donne les moyens, de remonter n’importe quelle filière d’argent sale. Publié début 2001 et malgré les lourdes accusations il n’y a eu aucun procès, au contraire, il y a eu des licenciements, comme pour valider ces révélation$. Ernest Backes nous entraîne au cœur de la finance mondiale, nous faisant découvrir très simplement les mystères d’un système gigantesque et complexe, jusqu’alors connus de quelques initiés

La boîte noire - Denis Robert - Les Arènes - Janvier 2002

Ce livre raconte l'histoire vécue par Denis Robert suite à la publication de son premier livre. C'est à partir de ce livre que l'on prend conscience de la gravité des événements sur le monde financier. Bien avant la crise, le ver est déjà dans le fruit pour beaucoup d'observateurs initiés au monde de la finance.

Sous la mondialisation financière, la mondialisation criminelle. Une criminalité soft, invisible. Dans un milieu qui mêle banques, mafia et informatique, détenir le savoir c'est détenir du pouvoir. Tel est l'objet de ce pavé que jette dans le marigot financier international le journaliste Denis Robert. Il poursuit là le passionnant labeur de dénonciation qu'il avait entrepris dans Révélationsou Pendant les affaires, les affaires continuent.


Au centre de son enquête, il y a un obscur "Triangle des Bermudes", une mystérieuse boîte noire : Clearstream. Sous des dehors de "banque des banques" respectée et respectable se cache une société luxembourgeoise qui fraye en eaux pas très claires. Passe encore que cette chambre de compensation aux pouvoirs tentaculaires détienne des comptes non publiés. Mais que ceux-ci soient attribués à des clients occultes, à des banques d'affaires installées dans des paradis fiscaux ou bien servent aux banques elles-mêmes pour réaliser des opérations douteuses, blanchir de l'argent sale sous des écritures comptables truquées, voilà le scandale que dénonce le journaliste français.


Pour ce faire, il s'appuie sur deux témoins chocs : Hervé Hemphel et Ernest Backes, deux insiders entendus par la mission parlementaire sur le blanchiment elle-même animée par les députés français Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. Par leurs fonctions, ces anciens cadres de Clearstream ont mis en place le système informatique stigmatisé dans cet ouvrage. Système terrifiant, dont les innombrables ramifications permettent d'appréhender sous un éclairage encore plus inquiétant, en vrac : la faillite financière de l'Argentine, la vente de frégates par la France à Taïwan, le poids financier de l'Église de scientologie, le dépôt de bilan d'Enron ou bien le processus du financement d'Al Qaida. 


La Russie ET EADS

Jean Louis Constanza

Note sur les enjeux stratégiques avec la Russie. A méditer suite au décès de Christophe de Margerie.

Copyright (c) 2015. Tous droits réservés.
contact : christophe@auger.media