RICHESSES > OBJETS

Le mot anglais caddie (ou sa variante orthographique « caddy ») peut désigner un garçon (un « cadet ») chargé de transporter les clubs de golf d'un joueur de golf, soit en portant le sac contenant les clubs, soit en tirant celui-ci sur un petit chariot. C'est ainsi que le « chariot de caddie », puis « caddie » tout court, est entré dans la langue française, et apparaît en 1952 dans le dictionnaire Le Robert sous cette définition : « petit chariot métallique pour transporter les denrées dans les libres-services et les bagages dans les gares ou les aéroports »

Bouteille de coca cola

Les dieux sont tombés sur la tête de Jamie Uys (1980, 1983 en France)

1

Milliards de voitures dans le monde

> LES objets

La société de consommation permet la production de nombreux objets de toutes sortes auxquels sont très attachés leurs propriétaires. A part les objets d'art, les plus symboliques d'entre eux, les plus pratiques comme le smartphone et la voiture. Ils offrent la possibilité de se déplacer et de communiquer. Grâce à eux une forme de liberté peut-être ressentie : voiture dans les années 60, smartphone dans les années 2000. Ils donnent aussi la possibilité d'adhérer à un mode de vie culturel, une [culture] comme l'American Way of Life symbolisés par le Jean,  la voiture et la musique. Mais le vent a tourné, la voiture devient à partir des années 2010 l'objet de critiques, particulièrement en Europe, pour des raisons écologiques.

 
Malgré des inégalités de revenus considérables, une grande partie de l'humanité a pu accéder à la détention d'un smartphone et d'une voiture ou a minima d'un deux roues (vélo). Les possibilités d'échanger ces objets se sont développées avec un grand succès (eBay et leboncoin.com). A part les mobiles et les voitures, les objets de consommation font rarement l'objet d'études économiques et sociologiques passionantes.


Ces objets passent de main en main et connaissent des niveaux de durabilité de plus en plus courts. L'obsolescence programmée est l'un des facteurs de surconsommation. Le flux l'emporte sur le stocks de biens stables en valeur. 

A coté des milliards de biens issus de processus industriels, existent des objets produits sur mesure, des objets d'arts par exemple à vocation durable.


Beaucoup d'objets deviennent aussi complètement numériques (photos, souvenirs, correspondance, lecture, etc) ce qui fait que cette richesse sera stockée sur une clé usb de quelques terra octets. Pour la première fois, dans des familles organisées du futur, il sera possible de voir des vidéos de ses ancêtres en HD en remontant des siècles, voir des millénaires.


Parmi les choses les plus utiles et durables, se trouvent les logements et donc l'[immobilier], une industrie spécifique qui mérite une approche particulière comme pour la finance et l'assurance.


Jean 501 - Marilyn Monroe par Philippe Halsman pour Life (1952)

OBJETS

Parmi les ressources disponibles personne n'a jamais fait l'inventaire de ce dont nous disposons. Impossible de recencer toutes les choses produites sur la planète ni de leur donner une valeur gobale, même une valeur d'utililité. Les grandes catégories stratégiques comme les centrales productrices d'électricité ou en lien avec des problématiques majeures comme les voitures avec l'environnement méritent quelques mots. C'est aussi l'occasion de se penser sur les objets de consommations pour lesquels de trop nombreux consommateurs s'endettent et perdent leur temps à aller les acheter en voiture dans des centres commerciaux éloignés.


On estime par exemple qu’un Allemand moyen possède 10 000 objets


Ce que relève Ramzig Keuchyan

il peut aussi y avoir un sens positif qui consiste à distinguer deux types de besoin : les besoins vitaux, qui sont en petit nombre, comme manger, boire, dormir, ne pas avoir froid, respirer un air non pollué, et les besoins qu’André Gorz, philosophe et cofondateur du « Nouvel Observateur » en 1964, appelait « qualitatifs ». Ceux-là doivent être satisfaits en vue de ce que les philosophes appellent une « vie bonne » mais on peut considérer qu’ils sont artificiels. Le besoin de musique par exemple. Ce n’est pas vital. On peut faire sans. 

Mais que serait une vie sans la musique ? Ces besoins relèvent de la culture, ils adviennent historiquement et sont essentiels à nos vies : il y a là un champ de réflexion relativement absent du discours de l’écologie politique. Dans les années 1960-1970, la réflexion sur le sujet était bien plus sophistiquée.


Moyens de production : les usines, infrastructures et déchets

Déchets

Infrastructures (barrages, centrales énergétiques)

Ces actifs figurent dans les comptes des sociétés qui les détiennent. Amortis, leurs valeurs comptables enregistrées dans les comptes ne réfletent pas toujours la réalité. la valeur de marché pouvant être plus élevée ou au contraire plus basse si des investissements de modernisation doivent entrepris ou même à zéro si cela coûte de l'argent d'exploiter à perte un actif. Les nations fortement industrialisées regorgent d'infrastrucutures modèrnes mais aussi obsolètes [des effondrements de ponts surviennent de plus en plus souvent]


Véhicules et moyens de transport

Dans les années 60, une centaine de millions de voitures circulaient dans le monde. En 2017, ce chiffre se rapprochait du milliard auquel il faut ajouter au moins 300 millions de camions et bus. Aux Etats-Unis, on dénombre plus de 800 véhicules pour 1000 habitants. La capacité de production mondiale s'élève à 90 millions d'unités par an dont au moins 17 millions par les chinois. En France, le taux d'émission de CO² en g par km est tombé de 175 à 110 entre 1995 et 2017 sans grande différence entre diesel et essence. Objectif européen de 95g en 2021 atteignable. En France une voiture parcoure en moyenne 13 000 km (gros écart entre diesel et essence) ce qui fait environ 1 milliard de tonnes à comparer à 35 milliards pour les émissions liées à l'énergie, la Chine représentant 27% de ces émissions en 2017 selon le BP statistical review of energy.


Habitat 


Mobiliers


Bien d'équipements

L'électroménager et les outils ont considérablement augmenté la qualité de vie des ménages et des travailleurs manuels pour ceux qui n'ont pas été remplacés par des machines. 


Téléphones, tablettes, ordinateurs et data-centers

Ils consomment 10% de l'énergie produite sur la planète.

La rupture provient de la généralisation des smartphones en lien avec l'augmentation de la capacité des réseaux en data. Vulnérablité électromagnétique. Fin 2017, on dénombrait 5 milliards d'abonnés à un téléphone mobile et dont la moitité détenait un smartphone .


Biens de consommation

La liste serait trop longue. Evidemment en lien avec la société de consommation et au mode de vie. La liste serait trop longue. Evidemment en lien avec la société de consommation et au mode de vie. La quête d'objets de toutes sortes devient la finalité de beaucoup de consommateurs. Textiles, jouets, accessoires etc. Dans les années 2000, le nombre de référence a augmenté de l'ordre de 50%. Ainsi on passe en moyenne de 200 à 300 références par famille de rayon. Trouver un gel douche, c'est choir parmi 270 références dans un hypermarché. Et un hypermarché regorge de près de 100 000 références.


Critique de la société de consommation

Ouvrage novateur car écrit en 1968 (43 ans...), Jean Baudrillard y décrit l'avènement des objets de consommations "des bidules, des gadgets" et également des intérieurs de maison qui se ressemblent -dans une fonction utilitariste- quitte à y perdre leur véritable "âme" pour "l'ambiance" plus marketing.

Premier ouvrage de Baudrillard, prélude évident à son second ouvrage "La société de consommation" (en 1970), d'ailleurs la seconde moitié du "Système des objets" est très proche de la critique du système de production et donc des modes de vie de la société contemporaine.

Cette analyse critique peut sembler évidente, en 2011, mais il fallait avoir le "flair" intellectuel de sentir le basculement qui s'amorçait à cette époque et qui n'était pas clairement identifié. Dans la même veine, Michel Clouscard dans "Néo-fascisme et idéologie du désir" (en 1973) avait compris l'aliénation nouvelle qui s'installait. On peut saluer l'aspect visionnaire!

Néanmoins, l'on peut mettre une réserve sur le Freudo-Marxisme de Jean Baudrillard, qui se révèle assez risible lorsqu'il voit "la forme phallique dans une lampe etc.", son analyse juste se servant parfois de l'outil marxiste et alourdie inutilement par ce freudisme. De plus, l'écriture de Baudrillard est assez débridée et sympathique pour un essai, mais parfois les phrases sont un peu longues (pas assez de virgules) et rendent les propos moins intelligibles.




Revenons plus particulièrement sur les biens immobilier et pluslargement sur le secteur [Immobilier]. Secteur particulier très imbriqué avec la politique, la finance et l'environnement.




SYNTHESE


Vers des formes de "crédit de voyage" ou d'utilisation de biens et services néfastes pour la biosphère ?


Notes 

Premièrement, c'est un assez beau livre, et donc, pas un objet que l'on va facilement jeter ou évacuer. Ensuite, cela donne des idées sur ce que l'on peut faire pour ne pas surconsommer. Les photos rendent plus concret les envies d'éliminer, et de garder. Quelques idées vont à contre-courant de nos idées occidentales, et c'est très bien. Dominique Loreau habite au Japon. Et finalement, tout cela nous sert à nous consacrer plus à ce qui nous intéresse réellement.


Bibliographie


Il n'existe très peu de livres ni d'études sur ce sujet. Les objets depuis leur conception, leur industralisation puis leur consommation et enfin maintenant leur recyclage ne sont pas étudiés.

Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme, Razmig Keucheyan, La Découverte, 2019
Les nouveaux objets transitionnels: Du doudou de Winnicott à l’iPhone de Jobs, Daniel Marcelli, Eres, 2019
99 objets nécessaires et suffisants, Dominique Loreau, Flamarrion, 2011 
Ces objets insolites ou obsolètes que vous pensiez avoir oubliés, Ariel Wizman, Michel Lafon, 2013
Forme et objet. Un traité des choses, Tristan Garcia, MétaphysiqueS, PUF, 2015
La mémoire des objets, Alexandre de Bothuri, Del Busso, 2015 
L'innocence des objets, Orhan Pamuk, Gallimard, 2012
Comment l'esprit vient aux objets, Serge Tisseron, PUF 2016
Baudrillart
Usages de l'objet : Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles, Marta CaraIon, Champ Vallon Editions, 2014


Dès le XIXe siècle l'objet est au centre des mutations socio-économiques: il constitue le fondement matériel et symbolique des sociétés de consommation, participe à la modification des structures urbaines et de l'espace visuel collectif et se place au centre des mécanismes bourgeois de valorisation sociale et symbolique. La prolifération des choses configure un univers matériel en perpétuel changement. La littérature, les arts plastiques, les expositions, musées, collections et autres projets de mémoire sont autant de manières de fixer cette matérialité labile et de donner forme aux nouvelles angoisses et obsessions identitaires qu'elle suscite. Dans ce volume, Marta Caraion se propose d'interroger le statut historique, social, esthétique et littéraire de l'objet, de ses usages et de la complexité de ses représentations, depuis les années 1830 jusqu'à nos jours, en rassemblant des études venues d'horizons disciplinaires divers: littérature (José-Luis Diaz, Valérie Stiénon, Anaïs Goudmand, Hugues Marchai, Nicolas Wanlin, Christophe Imperiali, Laurence Guellec, Gaspard Turin), histoire et anthropologie (Manuel Charpy, Camille Lorenzi, Sylvain Venayre, Lancelot Arzel, Nicolas Rieder), histoire de l'art (Philippe Kaenel), histoire des sciences et des techniques (Jean-François Luneau). S'esquisse ainsi, au fil de ces textes, une cartographie du monde matériel aux parcours multiples, dont on n'a pas fini de lister les entrées et les croisements d'éclairage possibles: objet de consommation, objet publicitaire, objet technique, objet bourgeois et objet de décoration, objet ethnologique, objet-souvenir du voyageur, objet-preuve de l'enquête policière, objet de collection et objet d'art, objet poétique ou romanesque, objet-relique, objet hybride, objet unique et objet de série, etc.


Sur la mémoire des objets

Ce livre passionant se lit comme un roman d'aventures riches en rebondissements. Dès son commencement, il nous invite à soulever subrepticement le voile d'Isis cachant un monde invisible aux non-initiés. Ce livre permet alors, d'aborder l'intimité d'une relation profonde et métaphysique entre un collectionneur et ses objets. Singulier et original en son genre, il laisse à chacun libre choix de croire ou de ne pas croire à ce qui peut tous nous toucher de manières différentes.

Ce livre est aussi l'écho d'un principe important qu'Aristote nommait la catharsis... car l'Art accompagne l'Homme depuis son origine.

Data Center

Téléphone

Voiture

Déchets : Cimetierre de bâteaux au Bangladesh

Usine Boeing Everett

L'usine Boeing d'Everett, à Everett, dans l'État de Washington, est l'usine d'assemblage des avions de ligne de Boeing.
Construit en 1967, il s'agit du plus gros bâtiment du monde en termes de volume, avec 13 385 378 m3, pour une surface totale de 399 480 m2. C'est dans cette usine que sont construits les gros-porteurs 747, 767, 777 et 787.